bagnolet1 bagnolet10 bagnolet10 bagnolet11

Les 10 ans de Kosmopolite, de mur en graff

Mis à l'épreuve par une météo pour le moins capricieuse, le festival Kosmopolite qui se déroulait du 5 au  8 juillet dans les rues de Bagnolet, a réuni pour ce dixième anniversaire les meilleurs graffeurs des quatre coins du monde : Portugal, Serbie, USA, Angleterre, Écosse, Espagne, Allemagne, Australie et la France bien sûr. Organisé par le collectif MAC, né à Paris avec de nombreuses antennes à l'étranger, c'est par réseau et connaissance que d'un collectif à l'autre, les graffeurs se sont donné rendez-vous pour cette édition spéciale. "On se connaît tous, le graff est un microcosme, un graffeur appelle son pote qui en appelle un autre" confie SMUG l'Écossais de la bande.


Vendredi 6 juillet, réalisation de la fresque permanente devant le théâtre de l'Échangeur

Hommage à Aimé Césaire 

Jeudi et vendredi, le long de la rue Sadi Carnot, les graffeurs ont laissé libre cours à leur talent et imagination sur plusieurs spots ( murs ) mis à leur disposition. À l'œuvre sur l'enceinte du théâtre de l'Échangeur, les graffeurs BROK, DHEA, SEYB, SMUG, EPOK, NOE2 laisseront en héritage à la ville une galerie de portraits - parmi lesquels Aimé Césaire dans un décor de désert californien.

Des années pour trouver son graff' 

Bouquet final samedi et dimanche, la traditionnelle Block Party dans le parc du Château de l'Étang. Au milieu des artistes rivalisant d'inventivité et d'extravagance, provoquant parfois, excellant toujours, les promeneurs et curieux ont pu s'essayer à la "bombe" et constater qu'on ne s'improvise pas expert de l'aérosol du jour au lendemain. Des années sont nécessaires au graffeur pour trouver son identité visuelle, élaborer sa typo et créer l'univers qui caractérisera toute son œuvre.

Photos : Loïc Gibet

Liens connexes 

Cliquez sur les images pour agrandir les photos.

Retour