bagnolet7 bagnolet7 bagnolet12 bagnolet3

L'Actualité

Communiqués - 29/08/2019

Communiqué

Communiqué de Tony Di Martino
Maire de Bagnolet

À l’occasion de l’évacuation d’un campement situé le long de l’autoroute A3 sur un terrain appartenant à la Direction des Routes d’Ile-de-France, certains ont jugé utile de polémiquer sur les actions mises en œuvre par la Ville pour les personnes concernées.

La situation des populations Roms ou des populations en errance constitue un sujet bien trop sensible pour manier l’approximation.

Rappelons d’abord qu’il s’agit là d’une compétence de l’État, particulièrement défaillant en la matière et que notre Ville n’a eu de cesse, ces 5 dernières années, de rappeler celui-ci à ses responsabilités. Le Directeur de l’association Aurore vient d’ailleurs de le souligner, avec force, en déplorant l’absence de places pour l’hébergement d’urgence. Quand les travailleurs sociaux de la Ville mettent eux-mêmes plus de 3h00 à pouvoir joindre le 115 pour demander une mise à l’abri pour des personnes vulnérables, cela donne une indication assez claire de l’évolution particulièrement alarmante de la situation, que nous dénonçons.

A contrario, fidèle à la tradition de solidarité et d’accueil de notre Ville, la Municipalité et son CCAS interviennent de manière volontariste grâce à l’action dévouée de nos travailleurs sociaux. Ainsi, depuis 2014, ce sont près d’une vingtaine de famille Roms, dont plus de la moitié avec des enfants, qui ont été prises en charge et accompagnées tant sur le plan social que sanitaire par les services de la Ville, soit dans le cadre de l’hébergement d’urgence (plan grand froid, en particulier) soit dans le cadre d’un suivi à plus long terme, intégrant des parcours de sédentarisation, en partenariat avec l’association Aurore, notamment.

C’est ainsi que depuis 2014, 11 familles ont bénéficié d’un logement ou d’un accompagnement social spécifique de long terme pour répondre à la complexité des situations. Le CCAS a d’ailleurs recruté en 2017 une Assistante sociale supplémentaire au service des Bagnoletais, dont les missions intègrent également des actions d’aide à la sédentarisation des populations errantes.

Est-il utile de rappeler enfin que la Municipalité et la direction de l’OPH, en lien avec leur Comité de soutien, ont eu la volonté politique de trouver une solution pérenne permettant la mise à l’abri du collectif des Baras ?

Forte des valeurs prônées par l’Association Nationale des Villes et Territoires Accueillants (ANVITA) dont elle est membre, la Ville de Bagnolet continuera à promouvoir sans relâche « l’hospitalité, source de politiques inclusives et émancipatrices » ainsi que « des solutions dignes adaptées à chaque situation ».

À Bagnolet, la solidarité on ne la commente pas, on la met en œuvre.

Retour